Bienvenue Ă  Londres !

Le blog de Jacques Monin


Article(s) du 15 novembre 2009

Simon le tout puissant

Dimanche 15 novembre 2009

C’est sans doute l’homme le plus connu du moment en Grande-Bretagne. Si vous me lisez, vous vous intéressez à ce pays. Il me faut donc vous en parler, au risque de prêter le flanc à la critique « oh, voilà qu’il fait dans le people ! ». 

C’est vrai, mais le people, est une des clés de la compréhension du peuple britannique (Cf ce que j’ai déjà écrit sur Le Sun). Allons-y donc pour l’homme le plus en vu du moment. Il s’appelle Simon Cowell. Ce n’est ni un homme politique, ni un banquier, ni même une star. C’est un faiseur de stars. Producteur et animateur de télé, ce quinquagénaire aux cheveux en brosse qui affectionne les tee-shirts, produit l’émission de variété la plus regardée du moment « X factor », l’équivalent de « la nouvelle star en France ». Le phénomène Suzanne Boyle dans « Britain’s got talent » l’an dernier, c’était encore lui.  

Non seulement X factor est regardé par près de 17 millions de téléspectateurs, mais il n’est pas un journal, même très sérieux, qui ne parle de  son émission, qui ne s’intéresse pas au sort des jeunes qui y sont présentés. Simon Cowell est devenu un gourou des médias. Il fabrique des stars qu’il produit ensuite avec sa maison de disque. Un jack pot. Mieux : aux Etats-Unis où il produit deux émissions du même type « American idol » et « America’s got talent », il est l’animateur payé le plus payé du pays. 

Et si cette année, « X factor » déchaine les passions, c’est à cause de deux jumeaux de 17 ans aux cheveux blonds étrangement dressés sur la tête, dont la voix laisse à désirer, mais qui sont devenus un phénomène. Simon Cowell n’a cessé de leur dire qu’ils n’avaient aucun talent depuis le début de son émission, mais ils sont devenus une telle coqueluche dans les médias, qu’il a bien senti qu’il ne pouvait pas se débarrasser de la poule aux œufs d’or. Ayant son mot à dire comme « juge », il les a donc sauvés récemment, en éliminant du coup une jeune fille qui comptait parmi les meilleurs chanteurs du groupe.  

Tollé dans les médias. Plaintes des téléspectateurs…  Cowell a dû se justifier à l’écran. Il a aussi dû répondre à une autre attaque : celle du chanteur Sting qui a qualifié son émission de « karaoké » poussant les jeunes à imiter et n’apportant aucune nouveauté. Sans parler de l’humiliation qu’ils subissent chaque semaine, en étant éliminés les un après les autres. Pour Sting, les talents se repèrent dans les Pubs, la rue et les petites salles de spectacle. Pas dans de telles émissions. 

Il n’empĂŞche. Tout cela augmente sa notoriĂ©tĂ©. Le rend encore plus puissant. Quant aux jumeaux, ils sont devenus si cĂ©lèbres qu’ils sont aussi exploitĂ©s politiquement. Le parti travailliste a ainsi concoctĂ© une pub dans laquelle on peut voir David Cameron et son chancelier fantĂ´me, George Osborne, avec la coiffure des adolescents, et Ă  cĂ´tĂ© la mention : « vous ne rirez pas s’ils gagnent ”. 

 © Labour Party

© Labour Party