Le blog de Jacques Monin

Bienvenue à Londres !

Article(s) pour 12 novembre 2009

Le faux scandale

Jeudi 12 novembre 2009

L’émotion et le rationnel ne font pas toujours bon ménage… 

On l’a déjà vu lors de mon précédent « post ». Comment un Premier ministre peut-il argumenter face à une mère qui vient de perdre son fils ? Qu’il ait tort ou raison, il est forcément perdant. Nouvel exemple aujourd’hui, avec l’affaire des bonus versés aux fonctionnaires du ministère de la défense.

En lisant les journaux ce matin, j’ai un haut le cœur. Comment a-t-on pu autoriser le versement de 52 millions d’euros de bonus à des employés qui travaillent dans des bureaux, alors que les soldats sur le terrain souffrent d’un sous-équipement chronique ? N’aurait-il pas fallu affecter cet argent à ceux qui sont en première ligne. A ceux qui souffrent. A ceux qui prennent des risquent ?  

Cette interrogation est partagée par des parents de soldats tués. Une mère, Lee Mackie, dont le fils a été tué à 21 ans, s’insurge. « Les soldats de base ne gagnent presque rien. On va attribuer des bonus énormes alors que nos garçons se sacrifient ». Qu’ajouter face à cela ? Lorsque je lis le mot « obscène » dans le titre du Times, pour une fois, je ne suis pas choqué. 

 Et pourtant. Les apparences sont trompeuses. Ces fameux « bonus » sont en fait à diviser par 50 000 fonctionnaires. Cela revient à leur verser à chacun une prime annuelle de 1100 euros par mois. Ainsi mise en perspective, l’information prend un tout autre sens. Est-il vraiment scandaleux d’accorder un 13ème mois équivalent au smic à des fonctionnaires qui, eux aussi, ont sans doute eu une année difficile compte tenu de l’engagement britannique en Afghanistan ? 

 Conclusion : « Bonus » équivaut désormais à scandale. Dans l’imaginaire, ce mot résonne forcément comme primes faramineuses accordés aux traders de la City. Il faudrait plutôt parler ici de “prime”. Encore une fois, la presse tabloïd fait la campagne des conservateurs, et tout est bon pour humilier le gouvernement. Qu’il rétribue justement ses fonctionnaires devient un scandale. L’amalgame devient une règle. On jette un chiffre en pâture sans le remettre dans son contexte.

Si la campagne qui s’annonce est de ce niveau, les coups-bas n’ont pas fini de pleuvoir.