Le blog de Jacques Monin

Bienvenue à Londres !

Article(s) pour 24 juin 2009

Wimbledon, 36 ans après ?

Mercredi 24 juin 2009

Allez, pour une fois, je vous emmène au tennis. Car ici, Wimbledon, c’est sacré !

Allez faire un tour sur le site de la BBC http://www.bbc.co.uk/ et vous verrez que le tennis en occupe tout l’espace. On a relégué le reste des infos en bas de la page d’accueil (en tout cas sur la version accessible en Grande-Bretagne). Mais cette année, l’épreuve est encore plus médiatisée pour deux raisons. 

D’abord, on étrenne le nouveau toit du court numéro 1. Un toit magnifique, ouvrant et translucide. Une merveille. Je vous l’assure. Lorsqu’il est fermé, on a tout de même l’impression d’être en plein jour et en plus, il fait frais. Un courant d’air humide parcours l’arène. Fini donc les éternels « rain delays » (les matchs interrompus par la pluie) qui faisaient les délices de Wimbledon. Seul hic : il fait en ce moment un temps si beau que l’on se demande s’il servira cette année. On l’a bien fermé hier, mais pour éviter que le soleil n’abime le gazon ! 

Ensuite, la Grande Bretagne mise sur la victoire d’Andy Murray, jeune écossais de 22 ans, troisième joueur mondial. En l’absence de Nadal, et après sa victoire au Queens, beaucoup y croient. Lors de ses quatre dernières rencontres face à Federer, il a gagné. L’espoir est d’autant plus fort que ce serait la première fois en 73 ans qu’un britannique remporte Wimbledon. Le dernier, c’était Fred Perry en 1936 ! 

Murray n’a pourtant pas toujours été apprécié par les anglais. Parce que c’est un Ecossais, et il se revendique comme tel. Ensuite, parce qu’il a un caractère plutôt trempé et que ses sourires sont rares. Mais tout ça  semble aujourd’hui oublié (en tout cas, tant qu’il peut gagner). Parce qu’il est le seul véritable espoir britannique (le second anglais à l’ATP est classé 189 ème !) Parce qu’il a mis de  l’eau dans son vin. Il a supprimé la mention faite à William Wallace (le nationaliste Ecossais) de son site web. Il a aussi choisi une tenue qui rappelle celle de Fred Perry. Et lors de sa victoire au Queens, il est allé faire une bise attendrissante à sa maman devant les caméras… 

Si avec ça, la mayonnaise ne prend pas. A moins que l’excès de médiatisation qui l’entoure produise l’effet inverse…