Le blog de Jacques Monin

Bienvenue à Londres !

Article(s) pour 17 juin 2009

Calendrier…

Mercredi 17 juin 2009

Trois jours passés, et trois infos… 

Lundi : Gordon Brown annonce qu’une enquête aura enfin lieu sur la guerre en Irak. Elle était réclamée par l’opposition et des parents de victimes. Elle aura pour but de solder l’héritage irakien. Tony Blair devrait être entendu dans ce cadre-là. Seul souci : elle sera secrète et ses résultats ne seront pas divulgués avant les prochaines élections générales.

 Argument invoqué : Il ne faut pas mettre en danger les troupes qui sont encore sur place, et en différant ses conclusions, on évite d’en faire un argument de politique intérieure. La guerre risque en effet d’être à mettre au compte des échecs du gouvernement travailliste. 

Encore une fois cependant, Gordon Brown fait dans une demi-mesure qui ne satisfait personne. Les partisans d’une enquête sont frustrés de la voir se dérouler en catimini. Quant aux autres, de toutes façons, ils n’en voulaient pas. Résultat : le gain politique est une fois de plus négatif. 

 Mardi : On croit rêver. Avec la crise, certaines entreprises avaient mis leurs personnels au chômage forcé. D’autres avaient réduits leurs salaires. Mais British Airways fait encore plus fort. La compagnie aérienne propose à ses salariés de travailler un mois sans salaire.  BA traverse en effet une période de turbulences, financières, et peut-être bientôt syndicales, si cette proposition devait se préciser. 

Mercredi : David Cameron, le leader conservateur verrait finalement d’un bon œil la candidature de Tony Blair à la présidence de l’Union Européenne. Si L’Irlande vote finalement oui au traité de Lisbonne en Septembre, et s’il finit par s’appliquer, il faudra bien évoquer un nom. Et à tout prendre, l’ancien Premier ministre, libéral comme lui, n’est pas le pire des candidats qu’il imagine à ce poste.  

 Tony Blair, c’est pourtant celui qui avait entrainé son pays dans l’affaire irakienne (lundi). C’est encore celui qui en refusant toute régulation financière a laissé prospérer les bases qui ont conduit à la crise d’aujourd’hui (mardi). Et son pays n’a pas adopté l’euro. Incarne-t-il vraiment ce que l’on peut souhaiter de mieux pour l’Europe ? 

Vivement jeudi !