Le blog de Grégory Philipps

Jérusalem, Gaza, Tel-Aviv, Ramallah

150 ans d’archéologie française en Terre Sainte

Palestine, Culture

Les toutes premières fouilles archéologiques en Palestine datent de l’automne 1863. A l’époque, c’est le français Félix de Saulcy qui mène ces fouilles au Tombeau des Rois à Jérusalem. Cette initiative donne le coup d’envoi de l’archéologie en Palestine et marque le début d’une longue tradition de recherche française dans la région. Ce soir et demain va se dérouler à Jérusalem et à l’université de Birzeit près de Ramallah un grand colloque intitulé : « 150 ans de contribution française à l’archéologie palestinienne ». Doivent y participer des représentants de l’Ecole Biblique, des chercheurs de l’IFPO (Institut Français du Proche-Orient), le conservateur en chef du département des antiquités orientales au musée du Louvre, et des archéologues palestiniens.

 © G. Philipps / Radio France

© G. Philipps / Radio France

A l’occasion de ce colloque, voici une rapide visite et en quelques images d’un site sublime et méconnu. Le village de Sabastiya est situé à une douzaine de kilomètres au nord-ouest de Naplouse (Cisjordanie) sur la route de Djénine. C’est sur cette colline que Omri, roi d’Israël (886-885 avant JC) fit construire sa capitale, Samaria. En 30 avant JC, l’empereur romain Auguste offre la ville à Hérode le Grand qui la rebaptise Sabastiya (ou Sebaste) et fait édifier des fortifications, des temples et des bâtiments grandioses.

Aujourd’hui, les ruines de Sabastiya sont un témoignage exceptionnel des différentes cultures qui ont influencé et dominé cette région : cananéenne, juive, grecque, hérodienne, romaine et byzantine. Le site n’est pas en très bon état et n’attire que peu de touristes. « Son importance historique est pourtant comparable à celle de Césarée » jure l’archéologue palestinien Hani Nour Eddine. Ce sont les italiens qui ont relancé les fouilles sur le site, les français sont également intéressés.

Mais l’archéologie dans cette région du monde est peut-être une question encore un peu plus sensible qu’ailleurs. Une partie de ces ruines sont situées en zone C (sous contrôle militaire et administratif israélien), une autre partie et notamment le village moderne sont en zone B (sous contrôle sécuritaire israélien mais sous administration palestinienne). Le site est donc comme coupé en deux et chaque partie, israélienne et palestinienne, décide des fouilles ou des travaux de rénovation à mener dans sa zone. Comme le note l’archéologue français Jean-Sylvain Caillou : « la spécificité des travaux archéologiques dans cette région, c’est que tous les vestiges sont plus ou moins raccordés aux textes bibliques. C’est ce qui fait l’intérêt de ces fouilles parce que chaque découverte résonne davantage. En même temps, elle suscite des tensions politiques, religieuses, diplomatiques. Mais c’est aussi ce qui fait l’attrait de l’archéologie en Palestine ».

Fondations bâties par Hérode © G. Philipps / Radio France

Fondations bâties par Hérode © G. Philipps / Radio France

Le théâtre antique © G. Philipps / Radio France

Le théâtre antique © G. Philipps / Radio France

Hani Nour Eddine © G. Philipps / Radio France

Hani Nour Eddine © G. Philipps / Radio France

 

 © G. Philipps / Radio France

© G. Philipps / Radio France

 

 © G. Philipps / Radio France

© G. Philipps / Radio France

 

 © G. Philipps / Radio France

© G. Philipps / Radio France

Pièces antiques © G. Philipps / Radio France

Pièces antiques © G. Philipps / Radio France

Le forum romain © G. Philipps / Radio France

Le forum romain © G. Philipps / Radio France

 © G. Philipps / Radio France

© G. Philipps / Radio France

Jean-Sylvain Caillou © G. Philipps / Radio France

Jean-Sylvain Caillou © G. Philipps / Radio France

  © G. Philipps / Radio France

© G. Philipps / Radio France

 

Un commentaire pour “150 ans d’archéologie française en Terre Sainte”

  1. YOANN dit :

    Merci pour ce petit documentaire et ces belles photos, vous avez un travail passionnant en archéologie et vous montrez de la motivation dans vos fouilles. Bonne continuation à vous tous.

Laisser un commentaire

poesie

Recopiez le code ci-dessus afin que votre commentaire soit pris en compte.