Le blog de Grégory Philipps

Jérusalem, Gaza, Tel-Aviv, Ramallah

Article(s) pour 9 septembre 2012

De quoi Jérusalem est-il le nom ?*

Dimanche 9 septembre 2012

Les deux candidats à la présidentielle américaine, Mitt Romney d’abord puis Barack Obama la semaine dernière, nous forcent à nous poser la question une nouvelle fois. Fin juillet, le candidat républicain Romney était venu se recueillir au Mur des Lamentations et s’était dit très ému de se trouver à « Jérusalem, la capitale d’Israël ». La semaine passée, Barack Obama a de son côté exigé des démocrates qu’ils fassent eux aussi référence à Jérusalem comme étant la capitale de l’état hébreu, dans leur programme de gouvernement. Étonnante surenchère d’ailleurs contraire à la position officielle des Etats-Unis. Dans les jours qui ont suivi ce rappel à l’ordre, le département d’Etat US a même dû rappeler que, aux yeux des américains, « le statut de la Ville devra être déterminé, plus tard, dans le cadre de négociations de paix entre israeliens et palestiniens ». Harcelé de questions par des journalistes, le porte-parole de la diplomatie américaine a même refusé de dire quelle était, selon la ligne US, la capitale de l’état israélien…

 © G. Philipps / Radio France

© G. Philipps / Radio France

L’anecdote rappelle la polémique de l’automne dernier quand un jeune citoyen américain Menachem Benyamin Zivotofsky avait exigé que sur son passeport soit apposé à côté de son lieu de naissance, Jérusalem, celui d’un pays, en l’occurrence Israël (à lire sur l’excellent blog de Gilles Paris). Plus récemment, une autre polémique a éclaté à cause du site internet des jeux olympiques de Londres, qui avait mentionné Jérusalem comme capitale de la Palestine, en omettant de donner une capitale à Israël (lire ici). Indignation du gouvernement israélien. Le site avait été rapidement modifié…

Ces polémiques nous obligent donc à préciser les positions de chacun et nous livrer à un très bref rappel historique.

En 1947, quand les experts de l’ONU tracent les frontières de deux Etats en Palestine, l’un juif, l’autre arabe, ils prévoient pour Jérusalem (et le district de Bethleem aussi) un statut à part, un corpus separatum, sous contrôle international, et où les trois religions se côtoieraient à égalité.

Après la création d’Israël en 1948 et la guerre qui s’en suit, la Ville est divisée en deux. La partie occidentale est israélienne, la partie orientale (et toute la Vieille Ville) est annexée par les jordaniens.

En 1949, Jérusalem-Ouest est proclamée capitale d’Israël.

Dix-huit ans plus tard, en 1967, l’armée israélienne conquiert et annexe la partie orientale de la ville lors de la guerre des Six jours. Aux yeux des israéliens, Jérusalem est enfin réunifiée. D’ailleurs en 1980, une loi fondamentale de l’état hébreu déclare Jérusalem comme capitale « éternelle, une et indivisible » d’Israël…

De leur côté, les palestiniens ont eux aussi toujours revendiqué Jérusalem-Est comme étant leur capitale. Jusqu’en 2001, l’OLP de Yasser Arafat possédait d’ailleurs à Jérusalem-Est un siège officieux, la « Maison d’Orient » fermée depuis cette date par l’armée israélienne. L’autorité palestinienne souhaite toujours faire de Jérusalem-Est la capitale d’un futur et éventuel état palestinien (ainsi à Ramallah, les bureaux des différents ministères et autres organisations officielles sont souvent présentés comme des bureaux « provisoires » en attendant un déménagement à Jérusalem. Même la tombe de Yasser Arafat dans le palais de la Mouqata est « temporaire », l’ancien Raïs ayant émis le souhait d’être un jour enterré à Jérusalem)…

Voici maintenant un rapide recensement des différentes positions des membres de la communauté internationale concernant le statut de Jérusalem :

Pour les Nations Unies, la loi israélienne établissant Jérusalem comme capitale « éternelle et indivisible » est nulle et non avenue, et constitue une violation du droit international. La résolution 478 demande d’ailleurs aux états qui auraient établi leurs missions diplomatiques à Jérusalem de les retirer.

Aux Etats-Unis, une loi votée par le congrès en 1995 stipule que Jérusalem doit être considérée comme capitale d’Israël et que l’ambassade américaine doit être déplacée dans la Ville trois fois sainte au plus tard le 31 mai 1999 (comme le souhaite Romney). Mais ce déménagement est sans cesse repoussé année après année par les différents locataires de la Maison Blanche…

Pour le Vatican, il faut que Jérusalem dispose d’un statut spécial, internationalement garanti et reconnu.

La communauté internationale dans son ensemble enfin reconnaît Tel-Aviv comme étant la capitale de l’état hébreu. La dernière ambassade située à Jérusalem était celle du Salvador mais elle a déménagé en 2006. Beaucoup de pays en revanche disposent d’un consulat à Jérusalem. C’est le cas de la France. Le consulat est installé dans la partie ouest de la Ville, face à la tour de David. Et sa mission principale est de dialoguer avec l’autorité palestinienne.

De quoi Jérusalem est-il le nom ? Comme souvent dans cette région du monde, les avis divergent. Pour trouver plus de réponses et d’explications, vous pouvez aussi consulter l’excellent numéro spécial du magazine l’Histoire, publié cet été, mais sans doute encore disponible dans les kiosques…

 © Sophia Publications

© Sophia Publications

 * Titre emprunté à Alain Gresh, d’après son ouvrage “De quoi la Palestine est-il le nom ?” paru en 2010 aux éditions Les Liens qui libèrent.