Le blog de Fabienne Sintes

L’Amérique par les chemins de traverse

Article(s) pour janvier 2011

Sondages avant le SOTUS de POTUS

Mardi 25 janvier 2011

Le State Of The Union Speech, (le discours sur l’Etat de l’Union) c’est demain soir (enfin… ce soir déjà pour vous), et les derniers sondages prouvent qu’Obama va nettement mieux qu’au sortir des élections de Novembre. Ici, (clic) un florilège de tous les derniers sondages parus. Les chiffrent varient dans la marge d’erreur, l’essentiel est de constater que le Président Américain est remonté au dessus des 50% pour sa capacité à remonter l’économie du pays.  Ce qui ne lui était pas arrivé depuis juillet 2009.

Il a gagné 11 points chez les indépendants. 10 chez les démocrates. Et même 4 chez les républicains. 40% des Américains le qualifient de « libéral », son taux le plus bas. C’est une bonne nouvelle pour lui, il est jugé moins « partisan ». En revanche, les républicains, apporteront le « bon » changement pour 25% des sondés, ce qui n’est pas beaucoup. En 2007 quand les démocrates ont raflé le congrès, 42% des Américains leurs donnaient une bonne chance de redresser le pays. Preuve encore une fois, que l’Amérique n’a pas voté pour les Républicains, elle a voté « pour voir ».

Obama semble t il a trouvé le tempo en 2 temps: Il a su négocier pendant la “lame duck session”, ce qui a permis le passage de lois essentielles. Et cela a plu aux Américains. Il a montré sur sa place au dessus des partis, ce qui lui a permis de trouver le ton juste pour rendre hommage aux victimes de Tucson. Son discours a eu un énorme effet sur le pays. C’est donc un peu le médiateur en chef qui s’adresse au pays.  Et d’ailleurs même si Obama ne renouvelle pas son appel à la modération lancé à Tucson, le message est dans les tribunes ou sont invités les parents de la fillette de 9 ans morte dans la fusillade.

Un détail passionnant: Il est de tradition que le parti d’opposition au président réponde au discours immédiatement après qu’il ait été prononcé. En l’occurence celui qui a été choisi est Paul Ryan du Winsconsin. Mais encore une fois les tea Party sèment la zizanie. Michelle Bachmann, qui préside le groupe des TP à la chambre devait répondre de son côté dans un message vidéo à destination uniquement des sympathisants du “Tea Party Express”, le mouvement principal parmi tous ceux qui ont vu le jour ces derniers mois. Finalement, Michelle Bachmann a aussi invité les télés. Dont CNN.

L’affichage est donc très clair: il y aura 2 réponses au discours d’Obama. La réponse officielle du Parti Républicain. La réponse parallèle des Tea Party, qui très sûrs d’eux, (trop ?) ne se soucient pas produire la preuve flagrante des divisions à droite.

Have a nice day

Menaces sur le droit à l’avortement

Mardi 25 janvier 2011

C’était jour contre l’avortement aujourd’hui aux Etats-Unis. (clic) Des groupes de tous poils sont descendus à Washington pour sauver des bébés (sic). Je vous épargne les photos. Ce lundi a en effet marqué l’anniversaire de Roe vs Wade, la décision de la cour suprême en 1973 qui a ouvert le droit à l’avortement.Vous me direz, rien de nouveau sous le soleil Américain. Sauf que depuis la victoire des républicains en novembre les « pro-life » sont en train de ressortir les vieux projets de lois auxquels les gouverneurs précédents avaient opposé leur véto.

Au niveau fédéral, la seule arme (qui est importante) c’est de refuser le financement public de certaines pratiques ou certaines cliniques. Au niveau des Etats, c’est l’accès à l’avortement que l’on peut restreindre. Il y a 29 gouverneurs ouvertement anti-avortement contre 21 avant Novembre. Dans 15 Etats, contre 10 avant les mid-terms, les représentants ET le gouverneur sont pro-life (ici, la source). Les « nouveaux » Etats très largement opposés à l’avortement sont le Michigan, le Wisconsin, l’Ohio, la Géorgie, l’Oklahoma. Le Maine et la Pennsylvanie ont aussi « changé de camp ».

Les mesures qui promettent donc de voir le jour ne sont pas encore claires et certaines dépendent des budgets des différents Etats. Mais pêle-mêle, on peut citer la réduction à 20 semaines la date limite pour avorter (contre 22 à 26 aujourd’hui). La question est très discutée, mais une loi est passée dans le Nebraska, ce qui a poussé une clinique pratiquant les avortements tardifs à déménager. Une mesure du même genre va voir le jour dans le Kansas où rappelons le, un médecin a été assassiné il y a presque 2 ans parce qu’il dirigeait une clinique pratiquant des avortements tardifs.  La mesure la plus spectaculaire, qui est en bataille devant certains tribunaux, mais est attendue avec quelques variantes dans l’Indiana, le Maryland, le Montana, l’Ohio, le Texas, la Virginie et le Wyoming, consiste à obliger les patientes candidates à l’avortement à regarder les échographies de leur début de grossesse. L’Oklahoma suggère même que les avortements soient pratiqués en montrant aux femmes ce qu’il advient de leur fœtus au fil de la procédure médicale.   

Les plus ultras des républicains en novembre dernier, ont rarement été élus pour leurs idées sur l’avortement. La bataille a d’ailleurs fait rage au sein des Tea Pary entre les “socially conservatives” (ceux qui voulaient inclure ces questions dans les programmes), et les “fiscally conservatives” (ceux qui ne voulaient pas entendre parler d’autre chose que du déficit). Dans la 2eme catégorie entrent les “Libertarians” du style de Rand Paul dans le Kentucky.

Mais alors que la campagne présidentielle est quasiment lancée, il est intéressant de noter les noms ceux qui sont montés en tribune ce lundi à Washington ou se sont exprimés dans la presse à cette occasion. Mike Pence de l’Indiana, à qui l’on prête des ambitions présidentielles. Michelle Bachmann du Minnesota qui dirige le groupe des Tea Party à la chambre. Marco Rubio qui navigue très bien à la fois dans et hors du Tea Party et qui est l’étoile montante du Parti républicain.

Have a nice day

De l’éducation en Chine et aux Etats-Unis

Vendredi 21 janvier 2011

En marge de la visite de Hu Jintao, voici l’affaire qui fait grand bruit ! (Si vous lisez l’anglais, prenez le temps de lire les papiers à cliquer c’est passionnant !)

Amy Chua est prof à Yale, l’une des universités les plus prestigieuses des Etats-Unis. Elle est née dans l’Illinois de parents qui appartiennent à la minorité chinoise des Philippines. Elle fait parler d’elle depuis la sortie de son livre « Battle Hymn of the Tiger Mother », un hymne (précisément) à l’éducation stricte des enfants.

Dans le Wall Street Journal, elle résume sa pensée avec ce papier (clic) « Why the Chinese mothers are superior »

On y lit que les 2 filles de Amy Chua n’ont jamais eu le droit d’aller dormir chez des copines, jamais eu le droit d’aller aux goûters d’anniversaire, jamais eu le droit de regarder la télé ni de jouer à des jeux vidéo, jamais eu le droit d’avoir une note inférieure à A. On y lit aussi que les cours de pianos et de violon durent des heures avec privation de manger quand le morceau est mal joué, que la plus jeune qui a eu le malheur de finir 2eme de sa classe en math a dû faire 2000 exercices pour corriger son niveau ; on y lit encore comment leur mère  traite ses filles de grosses nulles dès qu’elles ne réussissent pas au niveau qu’on attend d’elles.  Tout cela, d’après madame Chua, c’est l’éducation « à la chinoise ». Une promesse de réussite. Contrairement à l’éducation occidentale qui n’a pas assez d’exigence vis-à-vis des enfants.

Doit on préciser que les 2 filles n’ont pas émergé de cette éducation en claquant la porte et se collant des piercings dans le nombril, elles sont concertistes toutes les 2, et la plus âgée qui a aujourd’hui 18 ans a joué au Carnegie Hall de New York.  

Depuis la sortie du livre, les Américains sont autant fascinés que déchainés. Amy Chua est invitée sur tous les plateaux de télé, elle aurait reçu des menaces de mort (!!) et si vous jetez un œil sur les commentaires du papier du Wall Street Journal, vous verrez qu’il y en a presque 7000 !!! Un record !

Tous les éditorialistes ont apporté leur point de vue, je vous laisse celui de David Brooks dans le New-York Times (ici) « Amy Chu is a wimp ». Une poule mouillée. Il dit que ces enfants ne peuvent pas être heureux et créatifs. Qu’ils grandissent sans savoir ce que peut être l’audace. Que leur amour pour la musique est détruit par les méthodes de leur mère. Il dit aussi qu’on comprend mieux pourquoi les femmes américano-asiatiques entre 15 et 24 ans ont un taux de suicide si élevé (!) et que la mère des 2 filles ne comprend rien à l’apprentissage des connaissances. Ce qui est cognitif, ce qui ne l’est pas.

Amy Chua explique que le papier écrit dans le Wall Street Journal ne racontait pas tout, que son livre est bien plus complexe et nettement moins caricatural, ce que disent d’ailleurs également certains de ceux qui l’ont lu.

La fille ainée d’Amy Chua a donné une réponse aux critiques à sa mère dans le New York Post (C’est là) ; elle y explique qu’elle est très heureuse comme ça et que peu de gens ont compris l’humour de sa mère.

Si les Américains (surtout les Américaines) sont tellement estomaquées par le culot d’Amy Chua, ça n’est pas seulement parce qu’elle agite la peur très d’actualité du déclin Américain face aux Chinois.

Ici aux Etats-Unis, l’éducation dans les petites classes, passe avant tout par la confiance en soit. Tous mes amis qui ont des enfants dans le système Américains sont souvent décontenancés par le niveau très différent du notre (plus bas) ; mais aussi par les encouragements constants que reçoivent tous les petits. Chaque dessin même moche est récompensé par un « Woooonderfuuul ! », chaque attitude de l’enfant est valorisée, on lui demande de créer des choses, de les montrer, d’en parler (Show and Tell). S’il n’a pas brillé dans un exercice, il fera toujours mieux la prochaine fois, et le simple fait d’avoir essayé est déjà formidable. J’ai vu un collège en Louisiane ou toutes les semaines on distribue des récompenses devant tout le monde, y compris pour ceux qui se sont simplement bien tenus. Une copine qui prépare le goûter d’anniversaire de son fils a fouillé sur Internet dans la multitude de sites à disposition afin d’organiser quelque chose de très spécial parce que les petits événements de ce genre rivalisent tous d’imagination créative.

Je n’ai pas d’enfants mais la valorisation systématique de tout et de rien me parait aussi excessive que l’exigence perpétuelle de l’excellence. En revanche -et c’est aussi ce que disent mes amis mieux placés que moi-  bien plus que chez nous, les enfants ici, habitués à s’exprimer en public sont très à l’aise à l’oral et dans la vie de tous les jours. Ils ne sont pas farouches. On les invite à donner leur avis. Ils le donnent. Sans aucun jugement.

Devenus adultes, ils ne perdent pas cette habitude. S’il est compliqué de créer des liens qui comptent ici, les gens vous adressent la parole très facilement, sont très curieux de ce que vous êtes et heureux pour vous à la moindre occasion. Ils ne perdent pas non plus l’enthousiasme débordant qu’on leur a transmis: tout ce que vous pouvez faire et dire devient très vite « amaaaaaazing ! » ce qui est rapidement déconcertant :  

L’autre jour chez le dentiste, il me demande d’ouvrir la bouche. Je m’exécute. Et j’entends : « Outstanding !!! ». Heu… Merci. Ca m’a laissée comment dire… bouche ouverte !

Have a nice day.

facebook

Mr Hu et les droits de l’homme

Jeudi 20 janvier 2011

 © Ap

© Ap

 

Comme il fallait s’y attendre la presse Américaine n’a pas raté les incroyables problèmes de traduction de la conférence de presse conjointe Hu/Obama. Et le couac juste sur la question des droits de l’ homme.

La traduction simultanée était totalement loupée. Et comme une allégorie involontaire de la difficulté des 2 pays à se comprendre, les 2 présidents semblaient avoir du mal à entendre ce qu’ils disaient l’un l’autre.

Pour résumer, la première question d’un journaliste Américain s’adresse aux 2 présidents. Il demande à Obama comment il peut clamer son alliance avec un pays qui traite si mal ses citoyens et utilise la censure; il ajoute à l’adresse du président Chinois qu’il souhaite aussi lui donner l’occasion de répondre sur ces questions.

Obama répond. Tout le monde se tourne vers Hu qui choisit de prendre la question d’une journaliste chinoise sur la coopération entre les 2 pays.

Re-question d’un journaliste Américain qui repose la question des droits de l’ homme à Hu. Le président Chinois explique qu’il n’a pas entendu la question à Obama posée en début de conférence. Et il répond finalement.

Très franchement, je crois le président Chinois quand il dit qu’il n’a pas entendu le premier journaliste Américain. La traduction était du grand n’importe quoi. Je le crois d’autant plus volontiers que quelques minutes plus tard un journaliste chinois cette fois, en préambule à sa question, a demandé à l’interprête de faire l’effort de traduire sa question correctement. Gros rires dans la salle.

Mais que précisément le pataquès tombe pile sur cette question droits de l’homme laisse rêveur.

Le Washington Post voit dans ce cafouillage une leçon de “presse libre” à la Chine (ici). Il estime que la même scène en Chine aurait valu la prison au journaliste qui a remis les droits de l’homme sur le tapis.

Moi je m’inquiète un peu surtout pour ce traducteur Chinois… ;)

Have a nice day

facebook

Pauvre Palin…

Jeudi 13 janvier 2011

  Non pas que Sarah Palin lise ce blog (!!) mais au moins la presse Américaine. Elle envoyé hier une vidéo de presque 8′ au sujet de la tuerie dans l’Arizona. Comme nous le disions ici hier, son silence alors qu’elle est le centre des commentaires commençait à peser et son avenir politique est en jeu.

En bloc, Sarah Palin rejette les accusations portées contre elle. Elle récuse le fait que la carte des Etats-Unis assorties de cibles à atteindre soit responsable de la tragédie. Elle n’évoque pas la violence du débat politique, ne propose pas de calmer le jeu. Elle préfère se concentrer sur le 1eramendement. Elle insiste pour dire en citant Reagan que tout individu est responsable de ses actes. La faute est à celui qui a appuyé sur la gâchette et personne d’autre. Elle ne cite pas les victimes.

Elle utilise aussi l’expression « Blood Libel ». Littéralement, la « calomnie par le sang ». Sauf que « Blood libel » est le terme utilisé pour signifier l’accusation selon laquelle les juifs tuaient des enfants et utilisaient leur sang pour leurs rituels. Cette fausse accusation a circulé pendant des siècles et servi de prétexte aux pogroms. (ici, l’explication du post). Gabrielle Giffords est juive.

Très franchement, je ne crois pas que Palin en soit à glisser des allusions antisémites dans ses déclarations. Je n’ose pas penser qu’elle puisse faire ce genre de provocation. Je penche plutôt pour une pathétique ignorance de sa part et de celle de ceux qui travaillent autour d’elle, puisque j’imagine qu’elle n’a pas écrit son texte toute seule dans son coin.

Palin à qui l’on prête des ambitions présidentielles avait une occasion unique de renverser la vapeur et se mettre du côté du « rassemblement » du peuple Américain. Elle sort sa vidéo le jour où une énorme cérémonie d’hommage est prévue à Tucson au cours de laquelle le président Obama s’adressera à la nation toute entière. Elle choisit de rester au plus près de ceux qui ne veulent rien entendre au travers de cette tragédie. Elle s’isole encore un peu plus dans son propre camp.

Ratage intégral ou stratégie politique ?

Have a nice day.

facebook

Palin, Obama, Tucson

Mercredi 12 janvier 2011

Barack Obama est en Arizona ce mercredi pour une cérémonie d’hommage aux victimes de Tucson.Depuis le samedi, le pays s’interroge sur sa rhétorique politique et il a raison. Même s’il est clair que le tireur était avant tout un malade mental mal identifié et non signalé. Le débat sur la violence du discours prend de telles proportions que désormais tout le monde s’engueule ; « c’est pas nous c’est eux », preuve qu’on n’est pas sorti de l’auberge.

Le moment ceci dit, est primordial autant pour le camp Sarah Palin que pour Obama. Il peut définir une partie de leur futur politique. (A lire Ici)

ELLE. Sarah Palin a fait un fond de commerce de son langage direct et ses clins d’œil à l’Amérique « qui la comprend ». Don’t retreat, reload était devenu un slogan de campagne. Ne battez pas en retraite, rechargez. Aujourd’hui Palin est sur la défensive. Ses partisans ont beau inonder désormais les medias pour dire que leur égérie et les Tea Party n’ont rien à voir avec la tragédie de Tucson, le site web « take back the 20 » qui montrait les circonscriptions démocrates à éliminer avec une cible sur chacune d’entre elle a été fermé ce week end. Nous sommes bien d’accord, Sarah Palin n’est pas la seule à utiliser son flingue pour expliquer sa politique. La droite n’a pas manqué à juste titre de ressortir le clip publicitaire de Joe Manchin, démocrate de West Virginia, qui tirait à la carabine sur la loi sur le climat. Mais Sarah Palin a des ambitions présidentielles plus ou moins claires, et ça change tout. C’est d’ailleurs pour ça qu’elle est la première à porter le chapeau. Même si lui mettre toute cette affaire sur le dos est objectivement assez injuste. Manchin a dit hier qu’il ne referait plus une pub de ce genre après Tucson ; Palin n’a rien dit de tel. Elle est quasi muette depuis le texte qu’elle a publié sur facebook après la fusillade. Elle gagnerait à calmer le jeu et appeler y compris ceux qui la soutiennent a plus de retenue en attendant la fin des enquêtes. Comme le dit très justement Politico (ici) Palin réfléchit sur son futur, elle va devoir choisir entre être Ronald Reagan ou Rush Limbaugh. Et c’est maintenant.

LUI. Ce président qu’on a beaucoup accusé de manquer d’empathie va devoir trouver le ton juste. Obama n’a pas une tâche facile, la politique est certes au centre du débat mais les vraies raisons de cette tuerie sont plus à aller chercher du côté de la maladie mentale et du contrôle des armes. Les moments de catastrophes aux Etats-Unis sont toujours une occasion unique non seulement de rassembler le pays, mais de définir une présidence. Chacun dans leur genre, Reagan après Challenger, Clinton après Oklahoma City ou Bush après le 11 septembre ont réussi cet exercice très périlleux qui consiste à essayer de donner un sens à une tragédie, sans laisser le sentiment de la récupérer politiquement.

Have a nice day

facebook

Batman et Bilal

Jeudi 6 janvier 2011

Aujourd’hui j’ai reçu ce mail d’une productrice de Fox.

Elle cherchait un commentaire de Français que j’ai préféré ne pas donner parce que je me méfie un peu de ce que peut devenir une “quote”sur cette chaîne. Je vous laisse découvrir néanmoins de quoi on cause. Désolée pour les non-anglophones,  une traduction succincte suivra.

Hi there — we spoke on the phone.  Again, I work on the 6pm news show on Fox News Channel.  We would love a quote from you (or anyone else you might recommend) on the story below.  Mainly – we are looking for someone to say how ridiculous either that people are upset over this new character—or that people expect real news about France to be found in a comic book.
Thank you!
 
http://sg.news.yahoo.com/afp/20110106/ten-entertainment-france-us-books-islam-1dc2b55.html
PARIS (AFP) - – Batman has battled many enemies but now has to face the anger of rightwing US bloggers furious that the comic book caped crusader has recruited a Muslim to run his crime-fighting franchise in Paris.
“The characters name is Bilal Asselah and he is an Algerian Sunni Muslim and an immigrant that is physically fit and adept at the gymnastic sport parkour,” wrote Warner Todd Huston on his site Publius Forum.
“Apparently Batman couldn’t find any actual Frenchman to be the ‘French saviour’,” wrote the rightwinger, apparently discounting the millions of French citizens of North African descent from his definition of “actual” French.
In the December issues of DC Comics Detective Comics Annual and Batman Annual, the caped crusader has set up Batman Incorporated and wants to install a superhero in cities around the world to fight crime.
The hero he picks in France is called Nightrunner, the alter ego of a 22-year-old from Clichy-sous-Bois, a tough Paris suburb where urban unrest sparked riots in immigrant districts across France in 2005.
Bilal Asselah, a Frenchman of Algerian origin, was caught up in that unrest and at one point he and his friend got beaten up by police who mistook them for rioters.
Bilal’s friend reacted by later burning down a police station and ended up being killed by police.
But Bilal, thanks largely to the influence of his pious Muslim mother, rejects hate and fear.
He concentrates on learning parkour, the form of acrobatics where practitioners jump from buildings and leap over walls and street furniture, as spectacularly seen at the start of the 2006 James Bond film “Casino Royale.”
When riots again threaten to engulf his neighbourhood, Bilal puts on a mask and, using his parkour skills, becomes Nightrunner and sets out to set things right again.
Nightrunner’s integrity, athletic prowess, and triumph over personal adversity made him Bruce Wayne’s obvious choice to represent Batman in Paris.
But rightwing bloggers in the United States, who are also upset over plans for a black actor to play the Norse God Thor in an upcoming blockbuster movie, are incensed that DC Comics chose to make their new superhero a Muslim.
They see it as pandering to political correctness.
“Unfortunately, readers of Batman will not be helped to understand what troubles are really besetting France,” wrote Huston on Publius Forum.
“In this age when Muslim youths are terrorizing the entire country, heck in this age of international Muslim terrorism assaulting the whole world, Batmans readers will be confused by what is really going on in the world.
“Through it all DC makes a Muslim in France a hero when French Muslims are at the center of some of the worst violence in the countrys recent memory,” he wrote.
The Angry White Dude blog, which described Islam as the “religion of murder,” mocked that “Nightrunner the Muslim sidekick will have strange new powers to bury women to their waists and bash their heads in with large rocks.”
US comic book creator Bosch Fawstin, who wrote on his blog that “DC Comics has submitted to Islam,” is coming up with his own antidote.
“If youre as sick and tired of this IslamiCrap as I am, be on the lookout for my upcoming graphic novel, The Infidel, which features Pigman, an ex-Muslim superhero who is the jihadists worst nightmare,” he blogged.
DC comics did not respond to an AFP request for an interview with David Hine, the writer of the album featuring Nightrunner, and declined to comment on the controversy.
But the British-born author told a US website that he had tried to “come up with the kind of hero I would want to see in a comic book if I were French.”
“The urban unrest and problems of the ethnic minorities under (President Nicolas) Sarkozys government dominate the news from France and it became inevitable that the hero should come from a French Algerian background,” he told the Death and Taxes site.
The mini-storm on the English-language blogosphere — where left-leaning or pro-Islam sites are attacking the rightwingers for their hostility to a Muslim superhero — has so far only sparked a tiny number of reactions on French-language websites.
The albums went on sale here last month but the small numbers stocked were quickly sold out, book stores said
.

En gros donc: L’édition de décembre des Aventures de Batman dans un “comic” paru à Washington, explique que Batman cherche des représentants dans le monde entier pour combattre le crime. Celui qu’il a choisi en France s’appelle Bilal Asselah. Il est d’origine Algérienne. Il habite à Clichy. Il est musulman. Le jeune Bilal a vu ses amis brûler des voitures de police pendant les émeutes. L’un d’eux est mort même. Lui a décidé de prendre un autre chemin. Et Batman impressionné, en a fait sa franchise.

Les bloggers d’extrême droite se sont saisis de cette ”affaire”; ils estiment que les auteurs auraient pu choisir un “vrai Français”. Et que ce super-héros ne refléte en rien la situation de la France avec ses musulmans. La petite communauté des amateurs de comics s’est mêlée au débat elle aussi () pour dénoncer les blogs et leur contenu.

Rien de nouveau sous le soleil des extrêmes Américains. Ceux qui pensent que chaque musulman en France passe ses soirées à brûler des voitures sont les même qui pensent que chaque musulman dans le monde s’apprête à commetre une attaque terroriste. Les même aussi qu’on a vu tout le mois de septembre devant future la mosquée de ground zero. 
 

Autant que je sache, Bilal est le premier super-héros musulman. Il a fallu que les Américains nous le découvrent ! Mais Bruce Wayne est sans doute un garçon bien trop tolérant…

Have a nice day.