Le blog de Fabienne Sintes

L’Amérique par les chemins de traverse

Article(s) pour 23 avril 2009

Qui discrimine qui ?

Jeudi 23 avril 2009

L’histoire du jour n’a guère fait la une des journaux, je la soumets à votre réflexion. C’est un cas examiné aujourd’hui par la cour suprême des Etats-Unis.

Nous sommes en 2003 dans le département des pompiers de New Haven, dans le Connecticut. Il y a 15 promotions à distribuer. Et pour ça, comme ça se passe ici très fréquemment, les 118 pompiers sont soumis à des tests. Parmi eux, il y a 19 noirs, qui passent l’examen comme tout le monde. Au moment des résultats, 56 pompiers ont réussi le test. Mais parmi eux aucun noir. Donc aucune chance d’en trouver parmi les 15 promus. La ville et le département des pompiers sont bien embêtés. Ils craignent de se faire épingler pour discrimination raciale. Après moult débats on décide d’invalider tous les tests. Personne ne sera promû, et c’est bien mieux comme ça. Sauf que. Les 15 promus, tous blancs donc, (dont un hispanique), ont répondu “pardon, mais, le test, nous l’avons réussi !”

Une action en justice a été menée par l’un d’entre eux, qui est dyslexique et avait beaucoup travaillé pour obtenir cette promotion… le cas a été rejeté en première instance et en appel. Il existe aux états unis ce qu’on appelle le titre VII de la loi de 1964 sur les droits civiques qui interdit à un employeur d’embaucher, de licencier ou de promouvoir du personnel selon des critères raciaux. C’est le texte fondateur de la discrimination positive. Et a priori elle protège les minorités. C’est pour cela qu’elle a été crée…  

A la cours suprême les débats ont tourné autour de discrimination intentionnelle ou obligation envers les minorités ? Mais qui, au final, a été vraiment victime de discrimination dans cette affaire ? les sages ont plusieurs mois pour trancher. Ils vont devoir peser leur décision, parce que d’eux dépend tout bonnement le sort de l’ensemble des politiques de discrimination positive aux Etats-Unis.

J’attends d’ici votre intense cogitation !  Laissez moi alimenter votre tempête de cerveau avec 2 petites remarques:

- D’abord Barack Obama lui même, avait avancé pendant la campagne que la discrimination positive telle qu’elle est pratiquée dans ce pays méritait d’être réformée. Il suggérait d’aller vers une discrimination positive de CLASSE plus que de couleur. Il avait expliqué que ses filles par exemple, avaient nettement moins besoin d’un coup de pouce qu’un fils d’ouvrier du Michigan ou d’ailleurs. Fut-il blanc.

- Il est clair également que ça n’est pas parce qu’un président noir a été élu dans ce pays que le racisme et la discrimination sont devenus du jour au lendemain un lointain souvenir.

Have a nice day.