Le blog de Eric Valmir

Comprendre l’Italie à travers ses nuances

Pezzi di Venezia

venise

Venise n’est pas une ville comme les autres mais c’est une ville quand même. A nous de donner une idée de la ville pour qu’elle ne devienne pas un Eurodisney de l’art”. Roberto Ferrucci, auteur vénitien.

Venise est délicate, il faut l’entretenir. Quand vous avez votre maison, vous vous en occupez. Le problème à Venise, c’est que les vénitiens ne sont plus que 60 000 et que de nombreux palais sont soit déserts, soit occupés 2 mois l’année. Personne pour les entretenir. Même si l’administration Cacciari fait beaucoup”. Daniella Corro, décoratrice vénitienne.

J’étais contre le chantier Mose, trop cher et pas modifiable. Maintenant qu’il a été validé par tous, il me tarde de voir la fin. L’heure n”est plus à la polémique. Avanti et qu’on en finisse pour s’assurer de son efficacité, ce que j’espère, ou le contraire, ce que je redoute, mais qu’on soit fixé”. Massimo Cacciari, le maire philosophe de Venise.

“Les dégats causés à l’éco système sont déjà visibles à l’oeil nu. Malheureusement”. Aldo Scarpa. Pdt du WWF Veneto.  

Aldo Scarpa qui publie avec Murielle Drouille, sociologue et urbaniste, “Pour une ville à la mesure de tous“, le résultat d’une concertation collective avec les vénitiens pour penser un nouvel aménagement du territoire.

Non, tous les vénitiens ne pensent pas à profiter du tourisme de masse pour escroquer les visiteurs d’un jour. Idée répandu mais les flux incessants provoquent des tensions et les commerçants ne sont pas toujours agréables (poussent à la consommation), surtout sur l’axe San Marco/Rialto. Mais de là à qualifier les vénitiens de profiteurs, il y a un monde.

Loin de cette agitation, l’association 40xVenise travaille sur l’ identité de leur ville, une identité qu’elle n’a pas perdue, mais qu’il faut préserver. Reflexion sur les terrains conjugués de la culture, de l’économie et du social. Toutes les catégories socio professionnelles sont représentées dans cette association.

L’armée a envahi les rues de Venise. Un  déploiement voulu par le gouvernement pour assurer la sécurité de sites dits “sensibles”. La marie et 2 vénitiens sur 3 sont farouchement opposés à cette présence visible de kalachnikovs qui ne servent à rien quand les délits commis sont purements financiers (contrefaçon) ou petits délits (vols à la tire). Des policiers en civil, oui. Des militaires en faction, non.

Aout caniculaire. Venise n’est pas une ville comme les autres. On ne se promène pas torse nu, et on ne doit pas se baigner dans les canaux. Alors on rase les murs. Et on trouve le frais dans les églises.

  © www.madonnadelorto.org

© www.madonnadelorto.org

La chiesa della Madonna del Orto. Non seulement, elle est dans mon quartier préféré de Venise, mais de surcroît, elle abrite les oeuvres de Tintoretto et son tombeau. Merci Principessa Ada pour la découverte. Tintoretto, un peintre vénitien de la Renaissance, un surnom donné du fait de la profession de son père qui était teinturier. Jacopo avait son atelier sur le Campo dei Mori (pas très loin de l’église).

Saisissant, le tableau dans la nef sur la droite “Il giudizio universale”. D’ailleurs, je suis à la recherche d’une reproduction.     

 :-)    

Attention souvent, Le jugement universel de Tintoretto est confondu avec le chef d’oeuvre de Michel Ange dans la chapelle Sixtine “le jugement dernier“. Il s’agit évidemment de deux oeuvres différentes.

Les cris d’alarme sur Venise se multiplient et l’émission “Ciao Ragazzi” qu’on a réalisé sur place montre que les sujets d’inquiétude ne manquent pas. Mais il existe aujourd’hui des raisons d’être optimiste : une force vive composée de citoyens vénitiens et d’amoureux étrangers de la Sérenissime prêt à défendre l’avenir et la réputation de ce joyau de l’art, ce délire architectural qui a consisté à batir une ville sur 118 ilôts reliés par 160 canaux au centre d’une lagune.

http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/ete/ciao-ragazzi/

Venise ville ouverte ne se laisse pas prendre. Elle garde tous ses mystères et sa pureté.

7 commentaires pour “Pezzi di Venezia”

  1. Alain dit :

    Belle, intéressante et émouvante émission…

    Et puis comme on nous met entre les oreilles tellement et essentiellement de l”anglo-américain sur toutes les ondes de France (même inter) et de Navarre qu”entendre parler et chanter en italien pendant une émission entière est un réel bonheur.

    Merci!

  2. Lorenzo dit :

    Félicitations pour ce “ciao Raggazzi” toujours aussi bien monté et prouvant votre parfaite compréhension de l’Italie et des italiens. je souris souvent en lisant vos sujets et les billets un peu plus graves restent toujours plein de mesure et d’intelligence. Votre émission sur Venise (et ce texte) a dit en 50 minutes l’essentiel. C’est l’esprit de Tramezzinimag et de tous les sites des Fous de Venise. Fous mais lucides et préoccupés par l’alternative qui se présente : Disneyland sur la lagune ou une idée neuve qui remettrait Venise à son rang de métropole et permettrait à la vie de renaître. Le tout wifi inauguré il y a quelques semaines en est peut-être l’augure, avec la “Venezia digitale”. A la jeunesse d’inventer une nouvelle Venise, où le passé serait préservé mais qui ne serait pas une réserve d’indiens. Comme l’écrit Francesco Rappazzini, un de vos homologues italiens à Paris : “difficile de vivre quand on est jeune dans une ville où tout ce qui est neuf ou moderne a toujours été jusqu’ici moche, raté ou inachevé”. Bien à vous.

  3. Jean Paul dit :

    Venise comme si on y était. Merci mille fois pour ce dépaysement et cette réalité approchée de si près. Vous avez du talent.

  4. ericvalmir dit :

    Bonjour Lorenzo,

    Touché, j’ai été touché par votre gentil commentaire. Surtout parce qu’il émane d’un vénitien amoureux de sa ville et conscient des difficultés qui la tenaillent au fil des ans.

    Etre correspondant en Italie est un travail semé d’embuches, “traiter” Venise une difficulté majeure, tant la cité pour celui qui n’y habite pas est un piège, un repaire de clichés. Et c’est toujours avec appréhension que je fais un reportage sur place.

    Mais la clé est peut être de se laisser porter et de l’aimer. Tout simplement. Alors on touchera peut être l’essentiel et pour un approfondissement, on goutera le plaisir de ses infinis détails grace à un blog comme le votre dont je ne me lasse pas d’assurer la promotion. (tramezzinimag en lien permanent)

    A mon tour de vous retourner le compliment, sans aucun esprit d’”échanges de services” et avec la plus grande sincérité.

    Eric

  5. Pascal dit :

    Bonjour à toute l”équipe de ciao raggazi et mille merci pour vos émissions qui sont un vrai délice radiophonique estival.

    Bravo pour la qualité de votre travail.

    Bien cordialement

    Pascal
    Annecy

  6. Bono dit :

    Belle émission et belle page du blog. Et le site de Lorenzo est vraiment merveilleux !
    Princesse Ada

  7. Agnès dit :

    J’aime l’Italie, les Italiens (ben oui …), le café italien, le prosciutto, la peinture italienne, la Toscane … et par dessus tout Venise. Mais Venise quand ce n’est pas la saison … en mars ou en octobre et en dehors des sentiers battus.
    Merci pour vos émissions … et ce blog !

Laisser un commentaire

seine

Recopiez le code ci-dessus afin que votre commentaire soit pris en compte.