Le blog de Bernard Thomasson

Tweeter : @b_thomasson, Facebook : Bernard Thomasson

C’est le grand jour…

Actus

Ma petite Française” est en libraire à partir d’aujourd’hui ! Un livre pour plonger au cœur de cette ville incroyable qu’est Berlin !




Ecrire un roman n’est pas un acte banal. Il faut le murir en soi, puis construire l’histoire, ensuite laisser glisser son écriture (parfois selon la propre volonté des personnages), puis mettre en forme, relire, encore relire, relire vingt fois, réécrire dix de plus, en travaillant la matière, pour aller au plus près de la pensée que l’on a envie de transmettre aux autres.

Je connais Berlin depuis 35 ans. C’est une ville que j’aime profondément, et tous ceux qui l’ont visitée admettent qu’elle ne peut laisser indifférent, tant elle a été le centre de gravité du 20° siècle (entre la Shoah et le Mur). Il y a des années que je voulais écrire sur Berlin. N’étant pas historien ni sociologue, j’ai finalement opté pour le roman: des histoires d’amour et d’amitié qui s’entremêlent entre les années 70 et aujourd’hui, des histoires que j’ai inventées pour parler de Berlin.

Deux paraboles m’intéressaient : 1. on a tous des murs invisibles, infranchissables, des barrières qui se dressent (ou que l’on dresse) autour de nous ; il faut vivre avec, apprendre à les apprivoiser pour réussir à les franchir. 2. on a tous une identité, un passé, qui nous aide à construire notre avenir (mes deux héros sont sur les pistes de leur identité et de leur passé). Berlin est connu pour son Mur, mais depuis son effondrement, la ville doit se construire un nouvelle identité en tournant la page du 20° siècle, c’est son pari, sa difficulté, sa chance.

“Ma petite Française”, que le Seuil a accepté de publier dès que je leur ai soumis le manuscrit l’an dernier (grand merci à Bernard Comment et Louis Gardel), raconte tout cela. Laissez-vous emporter par les aventures d’Hélène à la fin des années 70, qui découvre Berlin (et la vie), jusqu’à ce drame qui emporte trois personnes autour d’elle et l’incite à fuir la ville, où elle ne revient qu’en 2009 pour le vingtième anniversaire de la chute du Mur. Devenue Ellen, professeur d’université aux Etats Unis, elle noue de nouvelles idylles et retrouve ses amitiés anciennes, dans un mélange de sentiments, d’émotions, et d’évènements qui aboutissent à un dénouement romanesque.

Bonne lecture, et j’espère que vous prendrez autant de plaisir à lire mon premier roman (des idées germent déjà pour la suite…), que j’en ai ressenti pour l’écrire.

Laisser un commentaire

madrid

Recopiez le code ci-dessus afin que votre commentaire soit pris en compte.